Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


   
Le président de la République s'est amusé à remercier David Cameron de lui avoir déroulé le tapis rouge à Londres, allusion au tapis rouge que Cameron se proposait de dérouler pour les futurs exilés fiscaux français...
Je connaissais bien un des meilleurs avocats d'affaire d'Europe, malheureusement décédé qui dirigeait un des plus réputés cabinet britannique, et comme je m'étonnais un jour qu'il se soit installé en France pour sa retraite malgré ses considérables revenus et sa fortune, il m'avait répondu qu'il avait bien étudié les choses et avait conclu qu'il était trop pauvre pour supporter l'imposition sur le revenu en Grande Bretagne et qu'il préférait donc acquitter ses impôts en France où de surcroît le vin était excellent!
Autrement dit les exilés fiscaux risquent de se prendre les pieds dans le tapis avec une fiscalité britannique plus lourde qu'il n'y parait. Les très grandes fortunes françaises restent en France et ne payent pas plus de 15% d'imposition globale, comme d'ailleurs payent le même taux la plupart des plus fortunés des américains...
Le problème c'est que ces taux avantageux résultent de l'ingéniérie fiscale qui permet aux plus fortunés d'en bénéficier tandis que les personnes très aisées, voire nettement plus favorisées peuvent payer en proportion bien plus...
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/07/2012
Dernier jour de travail très actif : revue de presse et réunion de groupe ce matin après le dépouillement du courrier, puis déjeuner à quatre avec l'ambassadeur du Pakistan, puis séance et votes sur la loi de finances rectificative et quelques autres navettes...
Début de préparation de mon intervention, en anglais, à un colloque relatif à la protection de la nature en septembre et enfin rangement du bureau qui ne me verra pas en principe avant le 28 août. Mais les vacances ne commencent que jeudi et sont ponctuées, au départ de Venaco, de pas mal d'obligations.
Je continuerai cependant d'animer ce blog et j'en profite pour souhaiter aux milliers de correspondants qui le suivent fidèlement de très bonnes vacances!
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/07/2012
La question syrienne aurait dû se poser dès le début de la rebellion en termes simples: quel est l'intérêt de l'occident en général et de la France en particulier dans cette affaire.
La France aurait dû se souvenir de sa responsabilité dans la question syrienne.
C'est la France qui a découpé la région après la première guerre mondiale et décidé la constitution d'un Liban élargi, parfaitement artificiel, au nom de la solidarité chrétienne et de l'idée médiévale que la France protégeait le christianisme en orient depuis les croisades...
Outre la constitution d'un Etat multi-communautaire, la France a privé les syriens de leur rêve d'une grande Syrie, rêve inspiré de l'histoire glorieuse des Omeyyades. Par ailleurs l'influence française, revue par la complexité orientale, a transmuté les idées de la pensée politique catholique à la française en idéologie baasiste...Celà parait incroyable mais le penseur du parti Baas était un chrétien du nom de Michel Aflak très inspiré du catholicisme social français dont il a fait ce monstre oriental...
Le général de Gaulle s'envolait vers l'orient compliqué avec des idées claires, mais nos diplomaties modernes survolent la complexité orientale sans fil conducteur et sans la comprendre.
Le résultat est effrayant. La rebellion, laïque à ses débuts, s'est tournée vers l'islamisme pour lui apporter cette aide matérielle que l'occident lui refusait tout en l'encourageant à l'ONU, les minorités alaouites et chrétiennes de Syrie redoutent le massacre et se réfugient dans la défense du régime ce qui prolonge la guerre civile, l'occident veut combattre l'Iran à travers Assad mais est en train de mettre en place ses pires ennemis fondamentalistes.
Quant à Nicolas Sarkozy il nous recommande d'être plus ferme vis à vis de Bechir el Assad, dont il l'avait fait invité d'honneur au 14 juillet 2008 sur les Champs Elysées...
Comme disait un célèbre chroniqueur : "je vous souhaite le bonjour, nous vivons une époque moderne!"
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/07/2012
Le 25 mai dernier j'écrivais dans ce blog que la faillite de la Grèce aurait des conséquences considérables mais "sans commune mesure avec celle de l'Espagne qui se profile tout aussi inéluctablement".
Nous y sommes presque. Les taux des emprunts d'Etat espagnols sont à 7,39% pour dix ans et il n'est pas certain que les émissions prévues pour aujourd'hui soient couvertes! Un plan de sauvetage pour l'Espagne, alors que ses partenaires ont déjà engagé cent milliards d'euros pour les banques espagnoles coûterait au bas mot trois ou quatre cents milliards de plus ce qui épuiserait les fameux fonds de sauvetage si tant est qu'ils puissent mobiliser de telles sommes.
Si la zone euro fonctionnait comme les Etats-Unis nous serions à l'abri de telles crises à court terme puisqu'il suffirait à la banque centrale d'acheter massivement des titres espagnols dès leur émission et le simple pouvoir de le faire suffirait à calmer les marchés sans qu'il soit nécessaire de procéder à des souscriptions massives.
Seulement voilà nous sommes soumis aux principes édictés par l'Allemagne, moins d'ailleurs par son gouvernement que par son parlement et sa cour constitutionnelle et nous voici condamnés à trouver une solution à la crise financière sans pouvoir recourir à l'inflation...ce qui revient à dire qu'il faut guérir la malnutrition sans nourriture ou étancher la soif sans eau ou encore respirer sans oxygène!
Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 24/07/2012

Farming in Hell !

23/07/2012
La sécheresse qui accable les plaines du centre des Etats-Unis a pour conséquence une véritable catastrophe agricole qui affecte en particulier les cultures de céréales et de soja dans ce que les géographes appellent la "Corn Belt" littéralement la ceinture de céréales de ce pays. Il en résulte aussi une augmentation spectaculaire des prix qui est encore accentuée par la spéculation sur les marchés...
Selon un article du New Yorker, qui pour être depuis des lustres le journal urbain le plus branché du monde n'en est pas moins toujours bien informé de l'actualité agricole, la chaleur rend très difficille la pollinisation du maïs, d'où l'expression de ce professeur de biologie de l'université d'Urbana-Champaign que je reproduis en titre de cet article.
Nous nous préocuppons de la soi-disante crise pétrolière imputable à la spéculation, à nos gaspillages et non à un manque de ressources d'autant qu'il existe bien des substituts aux hydrocarbures. Mais la crise agricole est beaucoup plus vitale car il n'existe pas de substituts à la production agricole pour nourrir l'humanité et nous souffrons d'une réelle insuffisance de la production mondiale tandis que la surpopulation de certains pays tend à réduire inexorablement les surfaces agricoles. Nos enfants vivrons sans doute le dilemne d'une humanité dont la croissance sera limitée par celle des productions nourricières..
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 23/07/2012
1 2
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Toutes les archives