Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


   

Pauvre France !

31/05/2012
Pauvre France !
« On a trouvé un remède contre l’alcoolisme » (Nouvel Observateur), « Mal de dos : les méthodes qui marchent vraiment » (L’Express), « Spécial parfums : 14 pages » et « Comment sauver votre argent ? » (Le Point).
Voici les principaux titres de la presse française cette semaine, avec des maquettes affligeantes comme on en faisait ailleurs il y a trente ans, des photos médiocres et un contenu affligeant.
La grande misère de notre presse est un de nos plus graves problèmes nationaux. Pour faire face à la désaffection des lecteurs, les dirigeants des groupes de presse ont systématiquement réduit les effectifs, appauvri les contenus, quitte à multiplier les « marronniers », tandis que les journalistes de talent se dispersent aux quatre coins des télévisions au lieu de se donner la peine d’écrire de véritables articles.
Pourtant, il y a encore vingt ou trente ans, l’Express ou le Nouvel Observateur comptaient parmi les points de repères dont une société ne peut se passer.
Malgré bien des partis pris que l’on peut rétrospectivement contester, on retrouvait dans leurs pages un peu de cet esprit de contestation ou cette originalité intellectuelle de bon aloi qui font les délices des lecteurs du New-Yorker voire du New-York-Times.
Pourquoi faut-il que les titres emblématiques qui me viennent à l’esprit, parce que je les lis assidument, évoquent la Babylone des temps modernes, plutôt que ce qui fut la « Ville Lumière » ?
On ne peut même pas se consoler en se disant qu’au moins l’Express et le Point sont écrit en français, dans un monde dominé par la monoculture anglo-saxonne, car le style et le vocabulaire, l’esprit même de ces caricatures d’hebdomadaire sont aux antipodes de ce qui fut le génie de notre langue !
C’est l’appauvrissement culturel qui marque le déclin d’une nation, bien plus que l’effondrement économique. Il suffirait d’un seul titre digne de ce nom pour amorcer un véritable regain en suscitant enfin, l’appétit du lecteur.
En attendant il nous faut lire en anglais les journaux encore bien écrit où les articles résultent d’un travail exhaustif, mesuré et original. Pauvre France !
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/05/2012

Bruits de bottes

31/05/2012
Bruits de bottes
Ce qui se passe en Syrie est épouvantable. Mais ce qui s’est passé en Tchétchénie, en Corée du Nord, en Chine, en particulier au Tibet et au Singkiang, a été tout aussi épouvantable et d’une ampleur très supérieure. Les nations occidentales ont-elles pour autant envoyé leurs armées au secours des victimes de ces terribles massacres ?
Après les guerres d’Irak et d’Afghanistan, il est peut-être temps pour l’occident de comprendre que la diplomatie de la canonnière n’est plus de notre temps.
Les rodomontades, c’est-à-dire les menaces d’intervention militaire, ne sont pas seulement anachroniques et ridicules, elles sont aussi dangereuses.
D’abord parce que l’hypothèse la plus vraisemblable, c’est que nous n’interviendrons pas, soit parce que le conseil de sécurité sera impuissant en raison du veto de la Chine et de la Russie, soit parce que les puissances occidentales réfléchiront à deux fois, dans l’état de leurs finances, à se lancer dans une expédition syrienne infiniment plus lourde que la campagne de Lybie.
Ensuite, parce qu’il suffit d’observer ce qui se passe au Sahel aujourd’hui pour comprendre que toute intervention, même en cas de succès, a des conséquences parfois plus dommageables que ne l’était la situation qui l’a justifié.
Nous avons effectivement chassé le régime dictatorial de Khadafi. Il a été remplacé par une guerre inter-tribale chronique sans que l’on puisse affirmer que la vie quotidienne ou les perspectives du citoyen moyen en aient été améliorées.
Mais plus grave encore, les tribus Touaregs autrefois, plus ou moins maîtrisées par Khadafi, ont récupérés les stocks d’armes du régime défunt, ont trouvé en Al Quaïda au Maghreb un nouveau leadership et déstabilisent par une guérilla qui tourne à la belligérance, toutes les zones sahéliennes au nord du Tchad, du Mali et du Niger.
On en voit les conséquences notamment, pour l’exploitabilité des mines d’uranium d’Arlit, au nord du Niger dont la sécurité dépend directement de la plus ou moins grande tranquillité qui règne dans les populations touaregs.
S’attaquer à la Syrie, aurait un immense retentissement au Liban et dans tout le Moyen-Orient.
Le raisonnement simpliste par lequel l’installation d’un régime sunnite à Damas, à la place des Alaouites du régime d’El Assad, renforcerait l’influence de l’occident au détriment de l’Iran est du même ordre que celui par lequel les américains ont voulu renforcer leur emprise contre les Russes en Afghanistan en armant contre eux un certain Oussama Ben Laden.
S’il fallait bien par ailleurs, accueillir positivement les printemps arabes, force est de constater que les islamistes ont remplacé les dictateurs plus ou moins laïques en Tunisie et demain en Egypte, ce qui est très loin d’être favorable à l’occident et, ce qui est plus grave, loin d’améliorer le sort quotidien et les libertés publiques du peuple.
La diplomatie, à condition d’être cohérente, concertée et déterminée peut faire beaucoup et vaut toujours mieux que de recourir à la force, ce dont nous n’avons plus les moyens politiques ou financiers. Une transition pacifique est dans doute possible en Syrie, sans remettre en cause complètement le régime en place, mais en l’obligeant à donner de véritables garanties de bonne conduite vis-à-vis des opposants.
N’écoutons pas les boutefeux irresponsables et intéressés qui, à l’abri dans les salons des palaces climatisés prônent des guerres à outrance dont ils espèrent uniquement une retombée médiatique propre à flatter leur égo.
La France vaut mieux, que d’écouter ces proclamations ampoulées et de croire à la morale de quelque « nouveau philosophe » germanopratin !
Commentaires (4) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/05/2012
IFOP : Bien joué Madame Parisot (2)
Le 13 mars 2012 dans ce blog, je félicitais Madame Parisot pour la prédiction qui consistait à placer au premier tour le candidat Sarkozy, au-dessus du candidat Hollande.
C'était un bon coup médiatique qui n'a pas été confirmé par les électeurs, même s'il a réussi à jeter un peu le trouble quelque temps.
De même les sondeurs ont-ils été démentis dans les précédentes prédictions en Corse : Simon Renucci n'a pas été écarté du second tour en 2002, et n'a pas été battu en 2008.
En fait, n'en déplaise à l'IFOP, il siégera encore dans la prochaine mandature.
Quant à votre serviteur, il n'aurait jamais dû accéder à la présidence de l'exécutif si le peuple s'était laissé abuser par les sondeurs et les analystes...
Cette année en Corse, les sondeurs font fort et dans les quatre circonscriptions, leurs prévisions sont à ce point éloignées des résultats prévisibles, que l'on ne peut qu'en rire.
Dans sa générosité, l'IFOP me crédite de 54% au second tour de scrutin, comme si mon audience n'avait pas progressé depuis 2007.
Nous verrons bien. En attendant, l'assistance à mes réunions publiques est de l'ordre du double de celle de 2007.
Après les élections et si comme je le crois, les résultats seront très différents des prévisions, il faudra à tout le moins que l'on s'explique, peut-être que l'on s'excuse, sans doute que l'on enquête.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 31/05/2012

Législatives 2012

29/05/2012
Législatives 2012
Rendez-vous ce soir, à 18h, à la salle des fêtes de Calvi.
Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 29/05/2012

Législatives 2012

27/05/2012
Rendez-vous ce soir, à 17h, à la mairie de Muro.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 27/05/2012
1 2 3 4 5 » ... 6
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Toutes les archives