Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


   
Congratulations and good luck !
Madame Lagarde a été nommée au FMI et je me suis permis de la féliciter à peu près en ces termes.
La crise économique et financière repart avec la nouvelle crise immobilière américaine et celle des finances publiques aux Etats-Unis à côté de laquelle les difficultés de la République hellénique ne sont qu'un incident mineur. Même si j'ai souvent reproché à Madame Lagarde son manque de perspectives face à la crise économique voire son obstination à nier, entre 2007 et 2009, que celle-ci allait bouleverser la France, même si je lui reproche encore de proclamer bien imprudemment que la crise est terminée, elle n'en a pas moins de grande qualités charismatiques et une remarquable aptitude à la négociation internationale.
J'imagine que les professeurs Carstens, Fischer ou Ahluwalia ont pu être surpris, en tant qu'économistes reconnus, issus des plus prestigieuses facultés économiques de la planète, de se voir préférer une avocate, certes remarquable, qui n'a aucune qualification académique dans la science économique.
Ceci étant, d'autres grands professeurs d'économie ont été incapables de voir venir la crise et se sont souvent réfugiés dans un conformisme qui les faisait croire à la magie de la manipulation des taux d'intérêt directeurs des banques centrales pour amortir toute crise et nous maintenir éternellement sur la voie de la croissance.
Peut-être finalement est-ce que la conduite de l'économie est une affaire trop sérieuse pour être confiée aux économistes mais ce n'est pas sans raison sans doute que l'on semble préférer aujourd'hui les avocats comme Madame Lagarde ou Robert Zoellick, président de la Banque mondiale, tandis que M. Peter Diamond a été écarté d'un poste d'administrateur de la banque centrale américaine en raison de son « incompétence » par la majorité républicaine du Sénat alors même qu'il s'est vu attribuer le prix d'économie en souvenir d'Alfred Nobel en 2010...
Bonne chance et félicitations à Madame Lagarde en espérant qu'elle aura le temps de passer encore des vacances, sans doute bien courtes à Bonifacio.
Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 29/06/2011

Démondialisation !

29/06/2011
Démondialisation !
Aperçue illuminant l'arrière-plan d'une réunion publique consacrée à la « démondialisation » - et qui pour cette raison sans doute ne réunissait pas grand monde – Christiane Taubira qui, à elle seule réunit bien des mondes, de l'Amérique à l'Afrique en passant par l'Europe, et d'autres encore plus lointains puisque – véritable étoile filante traversant par intermittence le firmament modeste de notre Parlement hexagonal - elle peut prétendre réunir la terre et le ciel !
N'étant qu'un terrien particulièrement terre à terre, je compte demander au député de Saône-et-Loire, afin de m'enlever tout regret, s'il avait prévu pour attirer le chaland ou récompenser l'audacieux, de proposer aux uns et aux autres quelques vieilles bouteilles de Bourgogne. Outre que ce geste eût constitué un appât efficace ou une gratification appréciée, la portée symbolique ne saurait en être négligée : les bons et vieux crus de Bourgogne resteront sans doute, lorsque la mondialisation aura tout submergé, un des rares produits qui résistera encore et toujours !
Et pourtant, la vigne en Bourgogne n'a rien de naturel. Elle résulte de l'audace des anciens Bourguignons qui ont défié un climat qui n'a rien de méditerranéen et ont mis à profit le drainage naturel des coteaux pour réussir une délocalisation avant la lettre.
Si nous voulons remettre en cause la mondialisation et remonter le temps dans l'ordre des échanges économiques mondialisés ou nous interdire de produire au loin ce que l'on produirait près de chez soi, cela va nous faire du changement ! Il nous faudra, par exemple, rendre la tomate et la pomme de terre aux Amériques, l'aubergine à l'inde, les agrumes à la Perse, les roses à Damas, sans parler des riz qui n'ont rien à faire ni en Camargue, ni dans la vallée du Pô ou du maïs qui a été bien à tort délocalisé dans le sud-ouest de la France.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 29/06/2011

La peau de l'ours

28/06/2011
La peau de l'ours
Chacun peut penser que Madame Lagarde sera, dans la semaine, nommée directeur général du FMI. Pour autant, il faut être extraordinairement prudent dans la mesure où le Canada s'est clairement positionné en faveur de M. Carstens de même que la Nouvelle-Zélande tandis que les Etats-Unis soulignent de manière tout à fait égale les qualités de chacun des candidats.
Annoncer urbi et orbi dans ces conditions que la nomination est pour aujourd'hui et qu'en conséquence le remaniement ministériel aura lieu mercredi est très maladroit voire humiliant vis-à-vis des pays qui composent le conseil d'administration du FMI même pour ceux qui sont tout à fait disposés à voter.
Il faudrait au contraire être humble, indiquer que rien n'est décidé, que l'autre candidat est quelqu'un de remarquable et que l'on aura grand besoin de ses conseils dans le cadre du FMI, bref, faire oublier cette arrogance française dont le monde entier se plaint et que les autres nations supportent de plus en plus mal.
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 28/06/2011

Pas trop tôt!

19/06/2011
Je ne me joindrai pas au coeur des pleureuses et des indignés de tout poil qui déplorent le départ de Madame Lauvergeon. De choix stratégiques désastreux en incapacité à conduire un projet industriel, les résultats sont là: un réacteur EPR en retard de deux ou trois ans à Flamanville, un désastre en Finlande où le montant des pénalités dépasse celui du contrat, c'est à dire que nous construisons un réacteur pour rien, deux autres vendus en Chine pour moitié prix et de fortes annonces en Inde, malgré que les représentants officiels de ce pays me confirment leur total désaccord sur le prix...
Lors d'une audition à l'assemblée, j'avais interrogé la dame sur les pertes du chantier finlandais et elle m'avait répondu :"deux milliards sept cent millions d'euros, mais celà nous fait une belle vitrine!" avant de m'inviter à l'accompagner sur place voir ladite vitrine, invitation que j'ai évidement décliné.
La France n'a pas les moyens d'une telle désinvolture!
Commentaires (5) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/06/2011
Air France doit choisir entre Boeing et Airbus pour une commande d'une centaine d'avions. Air France compte parmi ses actionnaires, à hauteur de 15%, l'Etat français. Dans tout autre pays que le nôtre, le gouvernement exercerait une pression discrète sur le groupe privé et affirmerait en public qu'il ne se permettrait jamais d'influencer le libre jeu de la concurrence.
En France, M. Lellouche fait publiquement pression sur Air France, ce qui rendra plus difficile et plus suspect de préférence le choix éventuel d'Airbus !
Une fois encore, nous n'avons pas compris qu'il faut, dans ce genre d'affaire, tout faire pour obtenir une préférence nationale mais n'en rien dire. Mais, malheureusement, nous ne faisons rien mais nous disons tout !
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 15/06/2011
1 2 3
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Toutes les archives