Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse


   

Aéroports...

30/12/2010
Il y a vingt ans partir de Paris pour l'Inde c'était quitter le monde moderne pour vivre la réalité du sous développement même dans les aéroports internationaux.
Aujourd'hui, partir de Indira Gandhi International pour atterrir à Charles de Gaulle donne le même sentiment mais inverse: des procédures rapides, un aéroport immense mais à l'architecture lisible, avec des cheminements bien pensés, un service des bagages rapide d'un côté et de l'autre un désastre architectural totalement impraticable et un service de bagages qui fait attendre une heure passée la livraison. Sans parler que dans l'un les taxis sont prépayés sous le contrôle de la police et immédiatement disponible tandis que dans l'autre il faut faire la queue dans le froid...
Sommes nous devenus un pays en voie de sous développement?
Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 30/12/2010
Un de mes correspondant s'étonne que je ne connaisse pas les conséquences dans les pays du sud du réchauffement climatique...
Je m'étais borné à citer l'académie dss sciences et la revue "Nature" et non les affirmations de la presse dite à sensation et je persiste à penser que la pire façon pour sensibiliser la population sur le risque climatique qui existe bien s'est de raconter des mensonges. Cependant je rentre de Delhi, capitale fédérale de l'Union Indienne où l'hiver est un des plus rigoureux jamais enregistré: pas plus de quinze degrés le jour et pas loin de cinq degrés la nuit. Avec le "fog" la circulation aérienne, ferroviaire et routière est difficile et beaucoup de pauvres gens ont du passer la nuit au dehors ne pouvant rentrer chez eux, sans parler des millions de malheureux qui dorment dans la rue.
Les maisons bourgeoises sont bien climatisées mais jamais pourvue de chauffage central... les sols sont en marbre, et les chauffages d'appoint électriques ne suffisent pas !
Les journaux parlent de la contestation du projet nucléaire de Jaitapur qui n'a que bien peu de chances de se réaliser alors que la presse française a parlé du fameux contrat passé par AREVA et qui reste imaginaire...
Aller sur place c'est être confronté au réel : le réchauffement climatique et les rêves du nucléaire français en sont un bon exemple.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 30/12/2010

Adieu Madras...

22/12/2010
Connaissez vous cette charmante romance créole où la belle se désole du départ de son "Doudou"? Elle dit :
"adieu foulard, adieu Madras etc..." faisant sans doute allusion aux habits en coton de Madras qu'il lui avait promis.
Les tissus colorés de la côte de Coromandel, aujourd'hui Etat du Tamil Nadu sont encore célèbres et j'ai pu
admirer les soies brochées de fil trempé dans de l'or...
Cependant la ville est sale, mal tenue, assez vulgaire et c'est pitié de voir le triste état du musée qui contient des sculptures et des bronzes du premier millénaire misérablement exposés dans la poussière accumulée et le désordre général de ces bâtiments qui n'ont plus été rénovés depuis des décennies.
Il est vrai qu'en France nous avons des musées admirables, refaits à neuf avec goût et esprit pédagogique. Merci entre autres à mon ami Jack Lang!
Je pars demain pour admirer les temples du Tamil Nadu, puis passer deux jours à Pondicherry avant de regagner Paris, la Corse et le travail après ces vacances d'hiver.
L'Inde ancienne, celle de nos rêves, se cache encore hors des grandes villes et je vous en reparlerai.
Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 22/12/2010
Bangalore est la capitale mondiale de la production de logiciels. Vous ne le savez pas mais votre logiciel, votre jeu vidéo, vos nouvelles applications viennent en grande partie de cet ville de huit millions d'habitants
Agréablement située à mille mètres d'altitude, ce qui lui donne un excellent climat. C'est une vieille histoire: J.R.D Tata, le plus fameux industriel de l'Inde mais qui était français, né et enterré à Paris, de mère française y avait créé un centre de formation technologique, puis les anglais y faisaient réparer leurs avions pendant la guerre etc...
Et quelques ingénieurs geniaux y ont développé une industrie gigantesque et florissante du troisième millénaire. La ville est très moderne, un aéroport superbe, pratique, facile à vivre, le contraire de CDG Roissy, des immeubles high tech partout, une évidente prospérité, bien moins de misère apparente qu'ailleurs en Inde.
Cependant l'actualité nous rappelle la réalité de la majeure partie de la population de cet immense pays: le prix des oignons, atteignant 80 roupies le kilo, soit environ 1,6 euros, provoque une tension politique! Pour la plupart des indiens, les repas sont du riz, des oignons, des lentilles et du piment. Le prix du riz ou des oignons sont des données essentielles pour la survie des masses indiennes. Le gouvernement a donc suspendu les exportations de l'oignon pour faire baisser les prix. Ainsi va l'Inde entre la haute technologie et la réalité d'un peuple pour qui la famine ou la satiété tient à l'évolution quotidienne des prix des denrées de base.
Au fait, l'oignon est important: en France on dit à quelqu'un qui est indiscret qu'il devrai s'occuper de ses oignons... Au cours de son voyage, notre président a-t-il evoqué la question des prix de l'oignon?
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 21/12/2010
Aéroport de Paris détient bien des records: nulle part ailleurs les taxes ne sont plus élevées, c'est un aéroport si mal construit, par un maître d'œuvre indélicat poursuivi pour corruption et recel de favoritisme, qu'il tue des passages avant qu'ils ne montent dans l'avion...
Alors imaginez ce qui se passe quand il tombe cinq centimètres de neige! Panique générale! Mais comment font les canadiens, les russes, et tous les pays où il neige pendant de longs mois d'hiver?
Pauvre France et pauvre voyageur qui attend que ces incompétents notoires comprennent que la neige est naturelle et qu'il faut s'organiser à l'avance et en conséquence et qu'informer le passager est un minimum...
Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/12/2010
1 2
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Toutes les archives