Un voyage pour rien



Le ministre de l’intérieur est allé à Ajaccio et son déplacement peut se résumer aux quelques rodomontades habituelles contre les criminels et les voyous, quelques affirmations fortes et quelques promesses de revenir bientôt pour travailler.

Deux éléments doivent cependant retenir notre attention dans ce déplacement pourtant placé sous le signe de la répétition et du parler pour ne rien dire.

Le ministre a indiqué que l’enquête sur l’assassinat de Robert Feliciaggi irait « jusqu’au bout ». Mais jusqu’au bout de quoi exactement ?

Et d’abord, pour aller jusqu’à un bout, il faut déjà commencer par le commencement, c’est-à-dire donner des instructions et des moyens pour une véritable enquête et ce n’est évidemment pas le cas puisque l’on se contente de constater quelques faits sans en tirer aucune conséquence, tandis que les rumeurs sont régulièrement alimentées dans la presse par les bavardages de ceux qui normalement dans ce domaine ont le devoir de se taire.

Que d’hypocrisie dans une telle affaire dont on peut être certain par avance que malheureusement elle n’aboutira à rien sauf à dire le plus grand mal de la malheureuse victime selon l’habitude prise dans ce pays où à défaut de prendre et de punir les coupables on préfère diffamer leur victime.

Le ministre a manifesté, par ailleurs, une lueur de lucidité à propos du développement de la Corse en remarquant que la Collectivité territoriale de Corse avait tous les pouvoirs et les moyens nécessaires et qu’il lui appartenait de prendre des initiatives.
Ceci est vrai mais il aurait pu ajouter trois éléments.

Le premier est l’incompétence notoire de ses amis en place à la région.

Le second, c’est que l’Etat n’a pas mis d’argent dans le PEI qui ne lui a coûté que 40 millions d’euros en quatre ans, c’est-à-dire quatre fois moins que les dépenses d’investissement du seul Conseil général de Haute-Corse pour la même période.

Le troisième, c’est qu’en deux ans la majorité régionale a vidé les caisses de la région, la faisant passer brutalement et sans qu’aucun résultat tangible n’ait été vu sur le terrain d’une situation confortable à une situation tendue qui, en tout état de cause, ne lui permettra plus d’apporter la contre partie régionale indispensable au dossier du PEI.

Enfin, le ministre a poursuivi son voyage en se reposant et a promis qu’il reviendrait pour de nouvelles réunions de travail.

Mais, depuis quatre ans, il a tout dit sur la Corse et ce n’est pas à quelques mois de la fin de ses fonctions ministérielles qu’il doit nous parler de ses projets d’avenir. On peut cependant comprendre qu’il ne veuille pas parler de son bilan sur la Corse car il est, sur tous les plans, catastrophique.

Dans ces conditions, il serait souhaitable, la prochaine fois, que le ministre vienne simplement se reposer, qu’il se dispense des discours et même des séances de travail.
Si la saison est belle, il pourrait directement passer de son somptueux jet privé à la plage et revenir tout aussitôt.

La Corse y gagnera un touriste prestigieux de plus. Ce sera au moins çà de pris car pour le reste, elle n’a rien à attendre de ce gouvernement.

Mardi 21 Mars 2006

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...

le 20/02/2017

Communiqué

20 février 2017 « Ayant reçu le 13 février 2017 la motivation du jugement prononcé le 25 janvier à mon encontre, je tiens à dire solennellement que je n’ai pris aucune part aux faits reprochés, ni n’en ai eu connaissance avant que la presse ne s’en fasse l’écho, bien après mon départ du conseil...

le 09/02/2017

Collectivité de Corse : Débat sur les ordonnances à l'Assemblée nationale

Extrait du débat sur le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1561 du 21 novembre 2016 complétant et précisant les règles budgétaires, financières, fiscales et comptables applicables à la collectivité de Corse, 9 février 2017. Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,...

le 02/02/2017

Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales

Extrait du débat sur la proposition de résolution européenne pour une Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales, 2 février 2017. Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, comme vous le savez, j’ai été frappé par une décision de...

le 19/01/2017

Changement de statut de l'AFPA pour mieux répondre aux objectifs de formation des adultes.

Extrait du compte-rendu de l'examen du projet de loi portant création de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes, 19 janvier 2017. Madame la présidente, Madame la secrétaire d’État, Chers collègues, voilà un projet de loi composé d’un article unique qui vise à...

le 10/01/2017

Pourquoi j’apporte mon parrainage à Emmanuel Macron.

Membre du mouvement En Marche dès sa création, j’ai choisi de soutenir l’ancien ministre de l’Economie, bien avant qu’il ne présente sa candidature. Je partage son diagnostic lucide sur le manque de compétitivité de la France et adhère à ses propositions de réformes, notamment en faveur d’un cadre...