Un procès sans dossier



Il y a près de dix ans, Claude Erignac était assassiné. Avec des dizaines de milliers d'autres insulaires, j'ai manifesté pour lui rendre hommage. Et d'une certaine manière, j'ai porté son deuil et continué de le porter avec tous les corses depuis dix ans.

Nous espérions tous que ce procès permettrait de connaître la vérité afin que la Corse puisse faire son deuil de ce malheur et surtout que la famille de Claude Erignac puisse commencer à tourner cette affreuse page.

Mais pour avoir un vrai procès, il faut avoir un dossier, qui permette de démontrer la culpabilité de celui qu'on juge et de lever les doutes s'il y en a. Et pour cela, il faut une instruction, à charge et à décharge. Dans le cadre du procès d'Yvan Colonna, nous constatons que l'instruction, pourtant très longue, n'apporte aucun élément sérieux qui permette de se faire ne serait-ce qu'une opinion.

Dans un pays de justice contradictoire comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, le juge, saisi dans de telles conditions, ne laisserait probablement pas le procès se poursuivre considérant que sur des bases aussi médiocres, fragiles et contradictoires, il est dans l'incapacité de juger.

Non seulement il n'existe aucun élément matériel, non seulement il n'existe aucun début de démonstration, mais les témoignages, les éléments matériels semblent aller systématiquement dans le sens du doute.

J'ai lu par exemple avec attention ce qui était dit du témoignage de José Colombani dont je connais les qualités humaines, la probité, l'attachement qu'il avait pour Claude Erignac et l'immense tristesse qu'a été pour lui son assassinat, et je sais qu'il eut été heureux de pouvoir faire avancer la recherche de la vérité. Mais il a dit ce qu'il a vu : deux hommes seulement dans lesquels il ne peut pas reconnaître Yvan Colonna.

Si le droit est dit et que le procès continue de cette manière, il est évident qu'Yvan Colonna ne peut pas être condamné.

Comment a-t-on pu mener une affaire aussi grave, aussi douloureuse dans des conditions aussi lamentables ? La famille de Claude Erignac, mais aussi, il faut le dire, le principal accusé et sa famille avaient le droit que l'on fasse tout pour rechercher la vérité.

La Corse toute entière qui a été bouleversée par ce drame et qui en a supporté les immenses conséquences avait le droit que l'on dise toute la vérité.

Il ne nous reste plus qu'à espérer qu'il se produira, comme cela arrive parfois dans les procès, un événement qui permettra de comprendre, d'éclairer et, en définitive, de juger. Mais si cela ne se produit pas, nous resterons encore longtemps dans les conséquences de ce malheur. En tout état de cause, qu'au moins justice soit faite si les preuves sont apportées, si les doutes sont levés, que la sanction tombe mais si les preuves ne sont pas là, si les doutes ne font que grandir au fil des audiences, que le droit soit respecté et que l'accusé soit acquitté.

Jeudi 22 Novembre 2007

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...

le 20/02/2017

Communiqué

20 février 2017 « Ayant reçu le 13 février 2017 la motivation du jugement prononcé le 25 janvier à mon encontre, je tiens à dire solennellement que je n’ai pris aucune part aux faits reprochés, ni n’en ai eu connaissance avant que la presse ne s’en fasse l’écho, bien après mon départ du conseil...

le 09/02/2017

Collectivité de Corse : Débat sur les ordonnances à l'Assemblée nationale

Extrait du débat sur le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1561 du 21 novembre 2016 complétant et précisant les règles budgétaires, financières, fiscales et comptables applicables à la collectivité de Corse, 9 février 2017. Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,...