Un européen doit dire « non » à cette Europe-là !



Je suis européen et même fédéraliste. Je souhaite une Europe démocratique avec un vrai gouvernement responsable devant un vrai parlement.

Le parlement européen d’aujourd’hui n’a guère de maîtrise sur les lois ou le budget. Il n’exerce qu’un semblant de contrôle sur la commission, aucun sur le conseil des ministres, tandis que la banque centrale européenne, qui définit la politique monétaire, est souveraine ne dépendant ni du parlement, ni de la commission, ni du conseil des ministres.

La politique européenne est mise en œuvre par des technocrates qui appliquent des règles intangibles de libre concurrence absolue et de rigueur budgétaire et monétaire.

Le résultat est lamentable. Cette Europe-là est un échec économique. La croissance européenne est la moitié de celle des Etats-Unis et le quart de celle des grands pays d’Asie que sont la Chine et l’Inde.

Au sein de l’Europe, les pays qui sont en dehors de l’euro, comme la Grande-Bretagne, s’en tirent mieux que ceux qui se sont définitivement enfermés dans la monnaie unique.

L’absence de démocratie dans cette Europe est la cause d’un véritable divorce entre les peuples d’Europe et la technocratie de Bruxelles. Personne ne se sent représenté par un parlement fantôme, personne ne fait confiance à un pseudo gouvernement qui reste irresponsable.

Le projet de Constitution est destiné à figer, de manière absolue et définitive, ces errements.

Si elle contient quelques rares phrases creuses et sans portée juridique sur le social et le service public, elle donne une force constitutionnelle à tout un monde de règles hyper libérales qui condamnent le service public et les politiques sociales et qui soumettent l’Europe à une concurrence sauvage à l’intérieur et à l’extérieur.

Aucun pays au monde ne s’impose de tels carcans.

La Constitution américaine n’impose aucune règle libérale, et les Etats-Unis savent, quand cela est nécessaire, déroger à l’équilibre budgétaire, dévaluer leur monnaie, fermer leurs frontières à la concurrence sauvage et même permettre à la puissance publique d’intervenir massivement dans le domaine économique.

Ce constat, les français le font par eux-mêmes, et sont capables de comprendre sereinement ce qui ne va pas dans cette Europe qu’on veut leur imposer à titre définitif.

Dans cette situation, les partisans du « oui » caricaturent le débat, confondent l’Europe et la Constitution, prédisent le chaos et la marginalisation de la France.

Les français sont insensibles à de tels arguments. Ils savent que cette Constitution est fondée sur une vision de l’Europe qui a déjà échoué. Ils savent que voter « non » c’est sortir de cette impasse et travailler à une autre Europe.

Ils savent aussi que cette Constitution sera rejetée par d’autres pays, à coup sûr la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, et que voter « non », c’est peser de tout le poids de la France dans une renégociation qui aura lieu de toute façon.

S’agissant enfin de la Corse, vous devez savoir que cette Constitution renie toute spécificité aux îles, exige le démantèlement des services publics et condamne toute politique particulière de continuité territoriale. Dans l’état où elle se trouve, la Corse n’a vraiment pas besoin de cela !

Pour toutes ces raisons, je voterai « non » au référendum du 29 mai 2005.


Mardi 5 Avril 2005

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...

le 20/02/2017

Communiqué

20 février 2017 « Ayant reçu le 13 février 2017 la motivation du jugement prononcé le 25 janvier à mon encontre, je tiens à dire solennellement que je n’ai pris aucune part aux faits reprochés, ni n’en ai eu connaissance avant que la presse ne s’en fasse l’écho, bien après mon départ du conseil...

le 09/02/2017

Collectivité de Corse : Débat sur les ordonnances à l'Assemblée nationale

Extrait du débat sur le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1561 du 21 novembre 2016 complétant et précisant les règles budgétaires, financières, fiscales et comptables applicables à la collectivité de Corse, 9 février 2017. Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,...

le 02/02/2017

Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales

Extrait du débat sur la proposition de résolution européenne pour une Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales, 2 février 2017. Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, comme vous le savez, j’ai été frappé par une décision de...

le 19/01/2017

Changement de statut de l'AFPA pour mieux répondre aux objectifs de formation des adultes.

Extrait du compte-rendu de l'examen du projet de loi portant création de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes, 19 janvier 2017. Madame la présidente, Madame la secrétaire d’État, Chers collègues, voilà un projet de loi composé d’un article unique qui vise à...

le 10/01/2017

Pourquoi j’apporte mon parrainage à Emmanuel Macron.

Membre du mouvement En Marche dès sa création, j’ai choisi de soutenir l’ancien ministre de l’Economie, bien avant qu’il ne présente sa candidature. Je partage son diagnostic lucide sur le manque de compétitivité de la France et adhère à ses propositions de réformes, notamment en faveur d’un cadre...