Sort des otages français en Irak

Compte-rendu de la réunion de la commission des Affaires étrangères du 5 octobre 2004.
Audition de Michel Barnier



M. Paul Giacobbi a souhaité savoir s'il y avait une contrepartie au processus de libération des otages français en Irak dans la négociation évoquée par le Ministre des Affaires étrangères. Par ailleurs, il s'est demandé comment l'on pouvait négocier indirectement un processus de libération imminent alors que l'on ne sait pas se prononcer sur qui sont les ravisseurs. Enfin, si la médiation privée est susceptible d'avoir interrompu, le 30 septembre, un processus de libération, pourquoi avoir autant médiatisé la perspective d'une libération imminente la première semaine de septembre ?

M. Michel Barnier a apporté les éléments de réponse suivants :

- il n'existe aucune contradiction entre le fait de dire, d'une part, que des négociations avaient été menées avec les ravisseurs des otages français et syrien en Irak et, d'autre part, qu'il était possible que les otages soient, aujourd'hui, détenus par un autre groupe de ravisseurs, dans la mesure où le processus de négociation avait été interrompu le 30 septembre ;

- jamais le ministère des Affaires étrangères n'a annoncé la libération immédiate des otages, une possibilité de libération ayant seulement été évoquée au début du mois de septembre.

Jeudi 14 Octobre 2004

Les dernières revues de presse

Budget 2005 - 10/11/2004

Budget 2005 - 10/11/2004

Budget 2005 - 25/10/2004

Budget 2005 - 25/10/2004

Infirmiers scolaires - 17/12/2004

Dette de l'Irak - 17/12/2004

Vote électronique - 06/07/2004

CAPEPS-Postes offerts - 22/04/2004