Réunion de l'Assemblée générale Samedi 18 octobre



Le mouvement lancé par Paul Giacobbi s’est réuni samedi à l'université de Corte pour définir sa stratégie pour les échéances cantonales et territoriales.

«Dans une Corse immobile et qui surtout a peur il s'agit de redonner confiance et de décider dune perspective d'avenir" a déclaré Paul Giacobbi, député de la Haute-Corse et président du conseil général, lors de l’assemblée générale de "la Corse en marche", mouvement qu'il a créé, il y a quelques mois, dans la perspective des prochaines territoriales. Il a dessiné devant près de quatre cents militants les perspectives de son mouvement.

"Si l'on continue, sur la voie actuelle, la Corse aura perdu sa chance de se moderniser. Le PEI est en panne, il faut lui redonner vie et combattre la peur suscitée par la violence.

Paul Giacobbi considère que "dans l'état de division, de morcellement en petites unités personne n'a de vision d'ensemble. Dans ce climat il faut rassembler sur des bases claires et solides, sur des projets. Il faut rassembler les compétences des hommes et des volontés d'une manière assez est parfaitement connu.

Mon engagement à gauche est parfaitement connu. Sur le plan national j'ai mené tous les combats de la gauche au niveau social de la laïcité, sur l'État de droit.

« Il ne faut pas être exclusif il faut rassembler au-delà de la famille traditionnelle. Depuis six ans je me suis efforcé sur le plan politique de me prévaloir d'une ligne claire à savoir aucune concession aux dérives de toutes natures et en particulier aux dérives violentes. Les Corses connaissent ma détermination et la précision de mon propos avec en ligne directrice le dialogue et l'ouverture.

« Sur le plan politique c'est dans l'action concrète que j'ai démontré ce que l'on pouvait faire d'une collectivité en la rendant plus performante plus soucieuse du service public. Il faut rassembler, non seulement être présent et gagner très largement en offrant enfin une perspective politique.

« Si l'on n'offre pas à la Corse d'alternative au couple infernal qui réuni les plus violents aux plus conservateurs, la Corse n'a pas d'avenir et elle se condamne à osciller entre les uns et les autres.

Et il ajoute et conclu : "Nous avons l'ambition d'être la seule alternative crédible. Il faudra bien que les Corses soit de continuer dans les conditions actuelles soit de commencer à transformer par leur vote la vie politique ».



Lundi 20 Octobre 2003

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...

le 20/02/2017

Communiqué

20 février 2017 « Ayant reçu le 13 février 2017 la motivation du jugement prononcé le 25 janvier à mon encontre, je tiens à dire solennellement que je n’ai pris aucune part aux faits reprochés, ni n’en ai eu connaissance avant que la presse ne s’en fasse l’écho, bien après mon départ du conseil...

le 09/02/2017

Collectivité de Corse : Débat sur les ordonnances à l'Assemblée nationale

Extrait du débat sur le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1561 du 21 novembre 2016 complétant et précisant les règles budgétaires, financières, fiscales et comptables applicables à la collectivité de Corse, 9 février 2017. Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,...

le 02/02/2017

Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales

Extrait du débat sur la proposition de résolution européenne pour une Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales, 2 février 2017. Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, comme vous le savez, j’ai été frappé par une décision de...

le 19/01/2017

Changement de statut de l'AFPA pour mieux répondre aux objectifs de formation des adultes.

Extrait du compte-rendu de l'examen du projet de loi portant création de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes, 19 janvier 2017. Madame la présidente, Madame la secrétaire d’État, Chers collègues, voilà un projet de loi composé d’un article unique qui vise à...

le 10/01/2017

Pourquoi j’apporte mon parrainage à Emmanuel Macron.

Membre du mouvement En Marche dès sa création, j’ai choisi de soutenir l’ancien ministre de l’Economie, bien avant qu’il ne présente sa candidature. Je partage son diagnostic lucide sur le manque de compétitivité de la France et adhère à ses propositions de réformes, notamment en faveur d’un cadre...