Rencontre entre François Fillon et les élus de Corse



PARIS, 31 jan 2008 (AFP) - Le Premier ministre François Fillon a rencontré jeudi matin à Matignon des élus de Corse pour une réunion articulée principalement autour de la sécurité, après le regain de tension depuis le début de l'année, et qui a débouché, selon les participants, sur un "consensus".

Le président de l'Assemblée territoriale, Camille de Rocca Serra (UMP), a ainsi insisté, à la sortie de cette réunion de deux heures, sur le climat de "consensus" entre l'Etat et les élus sur les différents sujets abordés.

"C'était une réunion républicaine d'échanges, de contacts et d'établissement d'un climat de confiance", a simplement déclaré la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie. Le chef du gouvernement s'y était engagée après sa visite-éclair en Corse le 14 janvier.

"Fondementalement, c'était les problèmes de sécurité qui étaient l'objet de la réunion", a expliqué Paul Giaccobi, député PRG et président du conseil général de Haute-Corse.

M. de Rocca Serra, dont le bureau a été incendié mi-janvier après l'intrusion de nationalistes dans le bâtiment, a ainsi demandé devant la garde des Sceaux Rachida Dati que la justice travaille "dans la sérénité".

Un voeu partagé par le maire PRG de Bastia, Emile Zuccarelli, quelques jours après l'arrestation trop médiatisée, au goût des élus, du conseiller nationaliste modéré Jean-Christophe Angelini, secrétaire général du Parti de la nation corse (PNC).

Aucun élu nationaliste, contre lesquels le chef du gouvernement avait eu des mots très fermes le 14 janvier, ne participait à cette table-ronde. "Ceux qui veulent rentrer dans ce dialogue démocratique doivent entrer dans la condamnation des violences, mais aussi de leurs auteurs", a estimé M. de Rocca Serra.

"Il faut savoir qui, quoi, comment, ça me paraît compliqué, mais il ne faut rien exclure", a affirmé de son côté M. Giaccobi.

Par ailleurs, le Premier ministre a réaffirmé aux 13 participants l'engagement de l'Etat pour la construction du gazoduc qui doit relier l'Algérie, la Sardaigne et la Corse.

François Fillon a de nouveau proposé l'organisation d'un débat à l'Assemblée nationale sur les langues régionales, thème cher aux élus de Corse dans leur ensemble.

Ces derniers ont également rappelé leur attachement au dossier du rapprochement des prisonniers corses, qui n'avance pas assez vite selon eux.

Des rencontres de ce type "plus régulières" devraient avoir lieu après les municipales.

Jeudi 31 Janvier 2008

Les dernières revues de presse

Le Député du Jour - 03/04/2009

Diplomatie moribonde - 12/09/2007

Fusion SUEZ GDF - 23/11/2006