Pourquoi je vote pour le texte sur la décentralisation

Corse Matin - 6 décembre 2002

Communiqué concernant le vote en première lecture à l'Assemblée Nationale du projet de loi constitutionnelle relatif à l'organisation décentralisée de la République.



Le débat sur une nouvelle étape de la décentralisation a été lancé, en Corse, par Lionel Jospin, il y a quatre ans. J'ai, pour ma part, contribué à ce débat en affirmant en permanence que ce qui était envisagé pour la Corse se ferait dans le cadre d'une modification de la Loi fondamentale applicable à l'ensemble des régions françaises.

Au-delà de la Corse, cette révision constitutionnelle va permettre à la France de s'inscrire enfin dans le mouvement de décentralisation des régions d'Europe, après l'Espagne, la Grande-Bretagne et l'Italie.

Les conditions du débat ont été rendues difficiles par le verrouillage imposé par le gouvernement à tout amendement important, qu'il émane d'ailleurs de l'opposition ou de la majorité. Les lacunes et les faiblesses du texte sont apparues clairement : ni l'égal accès des citoyens au service public, ni les ressources financières des collectivités locales ne sont véritablement garantis. Il nous faudra donc mener bataille dans ces domaines lors de l'examen des lois organiques et ordinaires qui préciseront les modalités de l'organisation décentralisée de la France et son contenu concret.

Mais nous sommes ici dans un débat fondateur qui préfigure déjà une nouvelle République et non pas dans une réforme administrative et financière soumise au jeu politique ordinaire.

C'est pourquoi, à ce stade, et certain d'être approuvé par l'immense majorité des citoyens que je représente, je voterai pour l'adoption de la loi constitutionnelle relative à l'organisation décentralisée de la République.

Jeudi 12 Décembre 2002

Les dernières revues de presse

Le Député du Jour - 03/04/2009

Diplomatie moribonde - 12/09/2007