Parlement des Enfants 2009 : l'école de Folelli remporte la 15e édition.

La proposition de loi de la classe de l’école élémentaire de Folelli, visant à installer des casiers à code dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale afin d’inciter les personnes sans domicile fixe à accepter l’accueil dans ces centres et, ainsi, aider à leur réinsertion sociale, a été adoptée par les députés juniors réunis le 13 juin 2009 à l'Assemblée nationale.
Lire en bas de page la proposition de loi en pièce jointe.



Extraits du compte-rendu de la séance du 13 mai 2009

Parlement des Enfants 2009 : l'école de Folelli remporte la 15e édition.
M. le président. Pour présenter la proposition de loi n° 2, visant à installer des casiers à code dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale afin d’inciter les personnes sans domicile fixe à accepter l’accueil dans ces centres et, ainsi, aider à leur réinsertion sociale, j’invite Mlle Elisa Bernard à monter à la tribune. (Applaudissements.)

Cette proposition de loi a été rédigée par la classe de l’école élémentaire de Folelli en Corse.

Élisa, vous avez la parole.

Élisa Bernard. Monsieur le président de l’Assemblée nationale, monsieur le ministre de l’éducation nationale, chers délégués juniors, comme nous, cet hiver, vous avez sûrement dû remarquer que certains Français n’avaient pas de logement et que même, quelques-uns avaient été retrouvés morts dans la rue au petit matin.

Et, qui sait, tandis que vous étiez tranquillement en train de vous régaler d’un délicieux chocolat chaud au coin d’un bon feu de cheminée, peut-être qu’une personne, à quelques mètres de chez vous, était en train de mourir de froid.

Il ne se passait pas un jour sans que les journaux nous informent de la souffrance, de la misère de ces personnes obligées de dormir dans la rue. C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que cela devait changer car c’était trop injuste.

Comme nous, vous vous demandez certainement pourquoi les « sans domicile fixe » ne vont pas s’abriter dans les centres d’hébergement au lieu de rester bêtement dans la rue.

Après plusieurs recherches, nous avons trouvé la réponse dans une enquête du Samu social de Paris, menée en automne 2005 sur le sujet : 18 % des SDF n’acceptaient pas l’accueil dans ces centres, de peur qu’on leur vole leurs affaires pendant la nuit. Dans la journée, les centres d’hébergement sont fermés, ce qui oblige les personnes sans domicile fixe à s’encombrer de leurs effets personnels.

Imaginez que nous, élèves, nous devions transporter notre cartable en permanence du matin jusqu’au soir. Je vois déjà votre réaction ! Je vous entends d’ici vous plaindre.

Voici donc notre proposition de loi : installer des casiers à code dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale. Ces casiers à code permettraient aux SDF de laisser leurs affaires en sécurité et d’être enfin libres pour aller chercher un travail et un logement dans les meilleures conditions possibles. C’est très important, car pensez-vous qu’un patron accepterait d’embaucher une personne qui se présente sous une masse d’affaires personnelles ? Non !

Or, sans travail, pas de logement !

Alors, aidez-nous à mettre en œuvre notre proposition de loi afin de changer les choses intelligemment.

Si les députés de l’Assemblée Constituante qui, en août 1789, ont signé la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, étaient là, ils ne reconnaîtraient pas la France qu’ils avaient imaginée. Si vous voulez les suivre, votez pour une France meilleure et plus égalitaire.

Comme a dit le peuple dans un cahier de doléances rédigé en 1789 : « Nous vous demandons que cela soit ainsi, parce que cela est juste ! »

Votez notre loi ! Si vous ne le faites pas pour nous, faites-le pour eux. Merci. (Vifs applaudissements.)

M. le président. Je vous remercie, Élisa.

Le résultat du scrutin

Remise des trois premiers prix

M. le président. Je vais demander aux trois députés juniors qui ont défendu les propositions de loi de venir me rejoindre. J’invite donc Asrar Lehodey, Elisa Bernard et Katleen Dubois à monter à la tribune. (Applaudissements.)

Chers députés juniors, voici les résultats des scrutins qui viennent d’avoir lieu.

Est arrivée en troisième position, avec 99 voix, la proposition de loi n° 1, visant à responsabiliser les chaînes de télévision du service public dans leur mission de formation intellectuelle et d’éducation citoyenne. (Applaudissements.) Elle a été défendue par la classe de l’école élémentaire d’Authie Sud de Caen, dans le Calvados.

Le troisième prix est donc décerné à cette classe.

(M. le président remet le prix à Asrar Lehodey. – Vifs applaudissements.)

Est arrivée en deuxième position, avec 120 voix, la proposition de loi n° 3 (Applaudissements) visant à la promotion des médias et nouvelles technologies pour une culture partagée à l’école. Elle a été présentée par la classe de l’école élémentaire Edmard Malacarnet de Cayenne, en Guyane.

Le deuxième prix est donc décerné à cette classe.

(M. le président remet le prix à Katleen Dubois. – Très vifs applaudissements.)

Est arrivée en première position, avec 358 voix, la proposition de loi n° 2 visant à installer des casiers à code dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale. (Vifs applaudissements.) Cette proposition a été présentée par la classe de l’école élémentaire de Folelli, en Corse. (Vifs applaudissements.)

Le premier prix est donc décerné à cette classe.

(M. le président remet le prix à Élisa Bernard. – Très vifs applaudissement, prolongés.)

pplpntenfants2009.pdf PPLPntEnfants2009.pdf  (93.6 Ko)


Mercredi 17 Juin 2009

Les derniers ordres du jours

PADDUC - 18/11/2011