La révolution sérieuse.



Ségolène Royal a remarqué que choisir une femme pour être la future présidente de la République Française était un acte révolutionnaire et il est vrai qu’en France, à la différence de la Grande Bretagne, de la Russie, de l’Autriche, ou de l’Espagne, et de la plupart des autres pays de la planète, jamais une femme n’a été chef d’Etat.
Cependant la révolution la plus importante que peut nous apporter Ségolène Royal face à l’amateurisme consternant, l’ignorance crasse, le désordre permanent, qui caractérisent l’actuel gouvernement sera celle du sérieux, de la compétence, de l’ordre juste.
Le Premier ministre n’a aucune expérience du suffrage universel, un cas unique dans le monde démocratique qui explique pour beaucoup ses erreurs fatales.
Le Ministre de l’intérieur, pourtant en poste depuis près de cinq ans, fait bien autre chose que travailler à son ministère mais ne cesse de nous expliquer face au désastre sécuritaire dans les banlieues, les stades, ou en Corse, ce qu’il ferait s’il était en charge …de la sécurité en France !
Le Ministre des affaires étrangères est une sorte de clown triste qui fait rire la diplomatie mondiale mais qui compromet aussi la France par des déclarations insensées.
Outre qu’il est compromis gravement dans diverses affaires sordides, tandis que son incompétence est chaque jour confirmée en matière de prévision de croissance, de stratégie industrielle ou de conduite budgétaire, notre Ministre des finances affiche une auto satisfaction qui en fait le symbole, dans le monde entier, de la vanité mal placée de la France compte tenu de son recul économique inquiétant depuis cinq ans et d’un état de ses finances publiques qui nous rapproche sans cesse de la faillite.
Ségolène Royal nous invite sereinement au travail dans l’ordre juste. Elle n’hésite pas à remettre en cause ce qui ne va pas dans les 35 Heures tout en affirmant clairement que sa Présidence donnera la priorité à l’Education et à la Recherche mais aussi à la Sécurité à laquelle a droit chaque citoyen.
Sur le plan international, après que Dominique de Villepin nous ait brouillé avec le monde entier, que le Douste Blazy nous ridiculise chaque jour plus et que Nicolas Sarkozy s’affiche ouvertement comme le caniche obéissant recherchant la caresse du Maître Georges Bush, elle a déjà noué des contacts partout dans un monde qui se réjouit déjà à l’idée que la France aura une présidente et, sous son autorité, un gouvernement sérieux avec lequel on pourra enfin discuter.

S’agissant de la Corse, nous attendons au moins trois engagements de notre future Présidente.

Premièrement qu’elle nous confirme une pause institutionnelle, non pas pour scléroser nos institutions régionales, mais pour nous donner sereinement le temps de les faire fonctionner enfin.

Deuxièmement que la parole de l’Etat, celle de la loi et du Gouvernement, soit enfin respectée dans le cadre du PEI dont il est inadmissible qu’il s’exécute aujourd’hui à un rythme qui le ferait s’achever dans un peu plus d’un siècle !

Troisièmement, qu’elle applique à la Corse son principe de l’ordre juste, que la loi républicaine soit ferme et efficace à l’exclusion de toute hystérie à l’encontre de notre île qui n’attend que la justice. Que ceux qui enfreignent la loi soient punis également qu’ils soient puissants ou misérables et que, dans le cadre de cette punition, les prisonniers originaires de notre île soient détenus au plus près possible comme cela se fait partout en France.
Face à une violence en constante augmentation, alors que nos équipements publics sont loin de se développer au même rythme que dans le reste de la France, que notre économie stagne, que la précarité s’accroît, et que le service public ne cesse de se détériorer, la Corse, à plus que toute autre besoin à la tête de l’Etat de l’ordre juste après tant d’injustices et de désordre, d’une pause après tant d’agitation et de débats, de réalisations concrètes après tant de promesses non tenues.

Je suis certain que la France saura saisir l’occasion qui lui est ici donnée de retrouver en 2007 à la tête de l’Etat, dignité, sérieux et efficacité. Je ferais tout pour que la Corse contribue à cette victoire.

Mercredi 29 Novembre 2006

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 02/06/2017

Office des Transports : méconnaissance des dossiers ou affabulation ?

« Pour se situer dans l’air du temps, nous pourrions utiliser cette expression « pare chi u troppu stroppia », car elle prend aujourd’hui, sa pleine mesure : en effet, et à notre grande stupéfaction, il est porté à notre connaissance par différents médias, et à grands renforts de « tweets » : « une...

le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...