La Corse et la crise



Depuis quelques semaines, la crise est devenue l'élément déterminant de l'actualité et j'ai moi-même beaucoup participé aux débats nationaux sur le sujet et avec d'autant plus de détermination que depuis plus d'un an je n'ai cessé de souligner l'extraordinaire gravité de cette crise, la plus grave sans doute que nos économies aient jamais eu à connaître.
Il est temps de s'interroger sur les conséquences pour la Corse d'un tel cataclysme mondial.
Les premières conséquences seront financières. Les collectivités locales en Corse, qui sont des investisseurs très importants, verront leur recours au crédit considérablement limité. Ce n'est pas tragique pour les départements qui n'empruntent qu'une faible part de leurs investissements, cela peut être très grave pour la Collectivité territoriale qui emprunte énormément depuis quelques années, tandis que la situation des communes est extrêmement variable.
Par ailleurs, le Programme exceptionnel d'investissement, déjà réduit à pas grand chose par rapport à ce que la loi prévoyait, risque de se trouver encore considérablement amoindri.
L'investissement public pourrait connaître en Corse une diminution dramatique.
Par ailleurs, les petites et moyennes entreprises risquent de connaître de manière bien plus violente encore la restriction d'un crédit bancaire qui leur était déjà plus que mesuré.
Il pourrait y avoir, ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose, une détente sur les prix de l'immobilier, voire un coup d'arrêt à la vague spéculative dont nous avons souffert.
Il est beaucoup trop tôt pour anticiper des conséquences en terme de fréquentation touristique même si on peut redouter que la clientèle de la Corse étant essentiellement nationale, nous devions souffrir de ce point de vue des importantes réductions de pouvoir d'achat que vont connaître l'ensemble des français.
Enfin, l'impact sur le secteur agricole pourrait être très fort, tant par la restriction de crédit que par les phénomènes de mévente.
Il faut cependant regarder les choses positivement. La crise est l'occasion de souligner l'intérêt et la valeur de notre environnement. A nous en Corse de savoir, au contraire d'un PADDUC qui semble vouloir dilapider ce patrimoine, protéger et mettre en valeur notre meilleur atout économique dans un monde troublé.
Les difficultés doivent aussi nous inciter à aller à l'essentiel, à défendre ce qui est le plus important, plutôt que de gaspiller à tort et à travers les moyens dont nous disposons quand même.
Ne nous berçons pas d'illusions, la longueur de cette crise se mesurera en années et ses conséquences en décennies.
Il faut d'ores et déjà nous mettre sérieusement à penser l'avenir de la Corse dans ce contexte de crise. Ce sera probablement le véritable enjeu des prochaines échéances.

Mercredi 22 Octobre 2008

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 02/06/2017

Office des Transports : méconnaissance des dossiers ou affabulation ?

« Pour se situer dans l’air du temps, nous pourrions utiliser cette expression « pare chi u troppu stroppia », car elle prend aujourd’hui, sa pleine mesure : en effet, et à notre grande stupéfaction, il est porté à notre connaissance par différents médias, et à grands renforts de « tweets » : « une...

le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...