La Corse d’après



Le 20 mars 2006, Nicolas 1er, grand ministre en chef, va venir à Ajaccio prononcer un grand discours sur ce qu’il convient de faire en Corse. Bien entendu, ceci concernera les lendemains qui chantent, « la Corse d’après », celle où un Président inspiré, ledit Nicolas, pourra gouverner et montrer enfin de quoi il est capable.

Voici quatre ans que le gouvernement UMP est en place. L’heure n’est pas encore au programme, nous aurons toute l’année 2007 pour cela, elle devrait simplement être au bilan de ces quatre années calamiteuses.

On rappellera que Nicolas Sarkozy a beaucoup parlé de la Corse, qu’il a beaucoup travaillé selon lui pour la Corse et qu’il a été ministre de l’intérieur et ministre des finances avec le deuxième rang du gouvernement au cours des quatre dernières années.

Quel est donc le bilan pour la Corse ?

La sécurité en Corse est incontestablement bien plus préoccupante aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a quatre ans qu’il s’agisse des attentats, des crimes, et plus généralement de la gangrène de la criminalité organisée, la situation s’est considérablement aggravée.

On ajoutera que la manière stupéfiante dont les enquêtes criminelles ont parfois été menées constitue aujourd’hui un objet de scandale et non pas un motif de satisfaction.

Sur le plan économique, la situation de la Corse est évidemment catastrophique. Nous n’avons pas, par exemple, en 2005, rattrapé le nombre de touristes dont notre économie a bénéficié en 2002 tandis que notre agriculture a vu sa crise s’aggraver , tandis que les promesses tant de fois répétées tardent toujours à être tenues.

Le service public a connu le désastre de la gestion calamiteuse du dossier des transports maritimes avec la SNCM, tandis que les élus de la Corse constatent l’affaiblissement continu des services publics essentiels qu’il s’agisse de la Poste ou de l’Education nationale pour n’évoquer que les principaux.

La situation sociale n’a cessé de s’aggraver et les services sociaux du département de la Haute-Corse sont bien placés pour le constater.

On nous promettait monts et merveille et, en particulier le PEI.

Interrogé par mes soins sur la réalité financière de ce brillant programme, le ministre des finances m’a répondu pour une fois de manière honnête.

Après quatre pages d’explications pâteuses et confuses, il finit par avouer le seul chiffre qui compte, à savoir qu’en quatre ans, de 2002 à 2005, l’Etat a dépensé en Corse au titre du PEI 40,6 millions d’euros. C’est un chiffre intéressant. Cependant, sur la même période, le seul Conseil général de Haute-Corse, a effectivement dépensé 160 millions d’euros en investissement, soit quatre fois plus que le PEI.

Pour le reste, on m’explique que le taux préférentiel de TVA ou le fonds national de l’eau sont des contributions à ce programme exceptionnel alors que la Corse en bénéficie depuis une quarantaine d’années !
Je ne sais pas ce que nous racontera M. Sarkozy le 20 mars sur ce qu’il fera « après » pour la Corse, il ferait mieux de nous expliquer comment il est possible que ses discours précédents et ses quatre années au premier rang du gouvernement se soient traduits pour notre île par des résultats aussi calamiteux.


Vendredi 17 Mars 2006

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...

le 20/02/2017

Communiqué

20 février 2017 « Ayant reçu le 13 février 2017 la motivation du jugement prononcé le 25 janvier à mon encontre, je tiens à dire solennellement que je n’ai pris aucune part aux faits reprochés, ni n’en ai eu connaissance avant que la presse ne s’en fasse l’écho, bien après mon départ du conseil...

le 09/02/2017

Collectivité de Corse : Débat sur les ordonnances à l'Assemblée nationale

Extrait du débat sur le projet de loi ratifiant les ordonnances n° 2016-1561 du 21 novembre 2016 complétant et précisant les règles budgétaires, financières, fiscales et comptables applicables à la collectivité de Corse, 9 février 2017. Madame la présidente, monsieur le ministre, chers collègues,...

le 02/02/2017

Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales

Extrait du débat sur la proposition de résolution européenne pour une Conférence des parties (COP) de la finance mondiale, l'harmonisation et la justice fiscales, 2 février 2017. Monsieur le président, monsieur le ministre, chers collègues, comme vous le savez, j’ai été frappé par une décision de...

le 19/01/2017

Changement de statut de l'AFPA pour mieux répondre aux objectifs de formation des adultes.

Extrait du compte-rendu de l'examen du projet de loi portant création de l’établissement public chargé de la formation professionnelle des adultes, 19 janvier 2017. Madame la présidente, Madame la secrétaire d’État, Chers collègues, voilà un projet de loi composé d’un article unique qui vise à...

le 10/01/2017

Pourquoi j’apporte mon parrainage à Emmanuel Macron.

Membre du mouvement En Marche dès sa création, j’ai choisi de soutenir l’ancien ministre de l’Economie, bien avant qu’il ne présente sa candidature. Je partage son diagnostic lucide sur le manque de compétitivité de la France et adhère à ses propositions de réformes, notamment en faveur d’un cadre...