Hadopi : il faut défendre les créateurs.

Je considère que cette loi est tout à fait imparfaite, mais utile dans son principe.
J'ai donc choisi l'abstention, et que la loi soit déférée au Conseil constitutionnel.



Les dispositions relatives à la protection de la création sur internet sont indispensables. Deux anciens ministres socialistes de la culture vont d'ailleurs voter pour. Les créateurs la défendent ardemment.
Demander la liberté de téléchargement au nom de la liberté tout court revient à exiger la suppression des caisses dans les supermarchés. Quand il n'y avait pas de droits d'auteurs, les plus grands créateurs vivaient mal, dépendant de la faveur du prince ou contraints de pratiquer des petits boulots : Jean-Sébastien Bach a été engagé pour la première fois de sa vie comme « violoniste et laquais » et a terminé sa carrière comme professeur de musique dans le secondaire.
Que les dispositions pratiques de la loi ne soient pas excellentes est un fait, mais il serait dramatique pour la création d'autoriser le libre téléchargement ou pire de faire dépendre la rémunération des créateurs des seules recettes publicitaires car cela constituerait un recul historique que personnellement je ne peux admettre.
N'approuvant pas totalement les dispositions pratiques de la loi, mais étant favorable à la sanction du téléchargement illégal, je me suis donc abstenu comme lors du précédent scrutin.

Lundi 4 Mai 2009

Les derniers ordres du jours

PADDUC - 18/11/2011