Exaspération croissante en Corse contre EDF visé par un attentat

dépêche AFP - 9 mars 2005




AJACCIO, 9 mars 2005 (AFP) - Un attentat sans gravité a visé dans la nuit de mardi à mercredi des locaux techniques d'EDF à Ajaccio, signe probable d'un degré d'exaspération en hausse contre l'entreprise publique après 10 jours de coupures tournantes en raison du froid.

Les dégâts contre cette agence d'exploitation qui assure des petites interventions de dépannage sont relativement mineurs. La charge de faible puissance a provoqué, vers 1H20, un trou de 40 centimètres dans le mur d'enceinte et le portail coulissant et n'a fait aucun blessé.

Mais comme l'indique la préfecture, il existe "certainement un lien entre cet attentat et l'exaspération de certains, face aux coupures d'électricité".

Signe des craintes d'actes de vandalisme contre EDF, un plan de surveillance des groupes électrogènes avait d'ailleurs été mis en place. Mais le manque d'effectif ne permet pas d'affecter du personnel sur chaque site.

Mercredi matin, EDF a jugé cet attentat "inadmissible", qui intervient "alors que les équipes de l'entreprise sont mobilisées jour et nuit dans des conditions extrêmement difficiles pour faire face aux conséquences de la situation climatique exceptionnelle".

Dans l'attente d'un retour à la normale, que le groupe énergétique espère "pour la fin de la semaine", les coupures tournantes sont donc maintenues, à un rythme officiellement inférieur.



"pont aérien"



Le branchement achevé mardi soir d'une centaine de groupes électrogènes venus du continent et la poursuite du "pont aérien" Amsterdam-Bastia pour la livraison d'équipements similaires permettent, selon l'entreprise, de limiter à deux depuis mercredi les "délestages" quotidiens de 50 mn, contre trois encore mardi.

Pas de quoi, cependant, calmer le courroux des usagers de tous bords. L'édition de mercredi du quotidien régional Corse-Matin avait ainsi des airs de cahiers de doléances.

Le monde économique, notamment, se dit particulièrement touché. Une cellule de crise sera installée lundi à la chambre de commerce d'Ajaccio "pour faire le point précis sur les dommages, dont on informera ensuite la direction régionale d'EDF". A la chambre des métiers, une structure identique fonctionne depuis lundi. "Dans la seule matinée de mardi, nous avons reçu 250 appels. Je n'ai jamais connu un tel mécontentement", assure, à l'AFP, le vice-président de la chambre François Gabrielli. Egalement responsable local de l'Union des artisans (UPA), il affirme qu'une plainte sera déposée jeudi au TGI contre EDF pour "rupture de courant et défaut d'information".

Tout comme le président du conseil général de Haute-Corse Paul Giacobbi (PRG), il critique aussi la Collectivité territoriale de Corse (CTC), en charge de la politique énergétique de l'île. Une session extraordinaire de la CTC est d'ailleurs prévue jeudi sur ce sujet.



Mercredi 9 Mars 2005

Les dernières revues de presse

Le Député du Jour - 03/04/2009

Diplomatie moribonde - 12/09/2007