Et maintenant




La Corse n'a pas voulu s'engager sur la voie du travail de la raison.
D'une élection régionale étrange, où tout et n'importe quoi a été dit, il ressort une majorité très relative qui s'appuie sur le soutien indéfectible au gouvernement chancelant de l'UMP et sur un accord tacite mais ambigu avec une famille nationaliste qui n'a toujours pas décidé d'une attitude claire face à la violence.

Dans cette ambiance opaque, le président de l'assemblée de Corse appelle au dialogue tandis que le nouveau ministre de l'intérieur veut nous faire croire à la fermeté dans l'application des lois.

Le débat institutionnel est clos pour longtemps et plutôt que de relancer un dialogue devenu largement inutile, en tout cas sur ce point, il faudrait s'attacher à utiliser les moyens qui ont été mis à notre disposition mais qui nous seront progressivement retirés si nous ne savons pas saisir cette opportunité.

En 2006, la première convention coût de cinq ans du programme exceptionnel d'investissement s'achèvera. Il faudra donc faire le bilan de ce qui aura été dépensé ou au moins engagé.
En 2006, nous pourrons faire le point sur le dossier du traitement des déchets. Nous avons perdu deux précieuses années depuis la mise à l'enquête du plan interdépartemental et nous espérons de ceux qui ont écarté les départements de ce dossier qu'ils sauront rattraper le temps perdu, le temps qu'ils nous ont fait perdre.

En 2006, nous pourrons aussi apprécier ce qui aura été fait pour rattraper notre retard historique dans les domaines essentiels de l'eau potable et de l'assainissement.

Il faut rappeler, une fois de plus, que la CTC, grâce au PEI et à la loi, dispose de tous les moyens financiers et juridiques dont elle a besoin. Elle a le pouvoir et l'argent. Elle n'a donc pas droit à l'erreur. Elle n'a aucune excuse.

Sans même juger du bien-fondé de son action, nous pourrons, dès 2006, apprécier son travail en observant simplement le montant des crédits d'Etat qu'elle aura été capable de dépenser.

La Corse n'a pas besoin de dialogue mais d'action, la CTC n'a pas à revendiquer des moyens nouveaux mais à utiliser ceux qu'elle a déjà et qui sont sans commune mesure avec ceux dont disposent les autres régions françaises ou les autres collectivités locales en Corse, les départements et les communes.

Sur le plan de la sécurité, nous avons le sentiment, malgré les rodomontades du nouveau ministre de l'intérieur, qu'un coup d'arrêt très net a été donné à l'application des lois. Tout nous indique qu'il s'agit plus désormais de faire du spectacle que d'agir sereinement et efficacement.

C'est une erreur immense. Une fois de plus en Corse, la détermination de l'Etat n'aura pas duré plus de deux ans, une fois de plus en Corse, la tentation médiatique a supplanté l'intérêt général.

« Dialogue et fermeté » est redevenu le maître mot d'un gouvernement qui, dans ce domaine comme dans les autres, ne parvient même plus à faire illusion. La Corse attendait une politique publique régionale forte pour rattraper son retard historique et lui permettre de tenir son rang parmi les régions dynamiques de France et d'Europe comme elle attendait l'application sereine des lois de la République.

2006 sera l'année d'un premier bilan politique en deux chapitres très simple :
- les moyens financiers et juridiques utilisés par la CTC,
- la sécurité en Corse.

Pendant ces deux années, j'interrogerai inlassablement les responsables sur ces deux points. Et je n'hésiterai à utiliser les pouvoirs d'investigations qui sont ceux d'un député.

Lundi 26 Avril 2004

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 02/06/2017

Office des Transports : méconnaissance des dossiers ou affabulation ?

« Pour se situer dans l’air du temps, nous pourrions utiliser cette expression « pare chi u troppu stroppia », car elle prend aujourd’hui, sa pleine mesure : en effet, et à notre grande stupéfaction, il est porté à notre connaissance par différents médias, et à grands renforts de « tweets » : « une...

le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...