Editorial de Paul Giacobbi - Wall street journal du 12 juin 2003

(extraits traduits de l'anglais)



Dans sa vieille tradition d’état centralisé, le France connaîtra une première le 6 Juillet prochain. Une région française, en l’occurrence l’île de Corse décidera ou non d’accepter lors d’un référendum un projet proposé par Paris en vue d’une nouvelle forme d’administration. Ce projet se propose de déplacer l’autorité de Paris vers la Corse. Nul doute que ce référendum marquera l’histoire de la Corse.
La majorité des Corses ne veut pas de l’indépendance. Mais les Corses sont majoritairement attachés à leur particularisme culturel, linguistique, et plus largement à leur identité. C’est pour cette raison que certains des responsables politiques insulaires ont demandé à bénéficier d’un pouvoir local plus fort.
Avant 1975, la Corse était à fois une région et un département avec à la fois un conseil régional et un conseil général. En 1975, le Parlement créa deux départements, la Haute-Corse et la Corse du Sud pour administrer l’île. C’est ainsi qu’au cours des trente dernières années, les 270 000 habitants de l’île ont connu le privilège d’être administré par une région, deux départements, et 360 municipalités(oui, 360 municipalités !). La constitution française, certes digne de respect, mérite ainsi d’être en lice pour le livre Guinness des records pour ce qui est du nombre des autorités locales

En 2001, après une année de discussions avec le Gouvernement Jospin, la Corse a acquis le droit d’enseigner sa langue à l’école et des fonds publics d’état ont été dégagés pour améliorer son réseau routier et plus généralement ses équipements publics.
Un amendement à la Constitution française en 2003 a conféré aux régions – c’est la cas de la Corse- la possibilité d’une organisation spécifique. Cet amendement constitutionnel a également permis au Gouvernement de soumettre de telles réformes à référendum. C’est ainsi que les Corses auront leur mot à dire.
Tout cela ne signifie pas une dévolution de tous les pouvoirs à la Corse. Mais cette réforme constitue un important pas en avant : la Corse aura une organisation territoriale simplifiée. Sa langue aura un enseignement à l’école, l’île aura un accès facilité aux fonds nécessaires pour créer des infrastructures aujourd’hui banales dans les autres régions françaises. Cela ne constitue pas le remède miracle qui résoudra tout le problème corse, mais c’est une réponse à ses manifestations les plus préoccupantes.Mais à l’issue de ce référendum, plus personne ne pourra justifier le recours à la violence.
Ce processus réformateur connaîtra très probablement des suites à travers toute la France, sans doute sous des formes différentes pour prendre en compte des besoins locaux. La France est peut-être prête à faire ses premiers pas vers une organisation territoriale plus pragmatique et plus efficace.

Lundi 23 Juin 2003

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 02/06/2017

Office des Transports : méconnaissance des dossiers ou affabulation ?

« Pour se situer dans l’air du temps, nous pourrions utiliser cette expression « pare chi u troppu stroppia », car elle prend aujourd’hui, sa pleine mesure : en effet, et à notre grande stupéfaction, il est porté à notre connaissance par différents médias, et à grands renforts de « tweets » : « une...

le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...