Edito




Depuis plusieurs semaines j’ai demandé au Gouvernement de nous donner toutes les précisions utiles et toutes les garanties indispensables pour permettre aux citoyens de Corse de se prononcer en toute connaissance de cause.

Garanties pour la pérennité et même le renforcement des services publics de l’Etat notamment en Haute-Corse et à Bastia : la loi précise que les départements en tant que circonscriptions administratives de l’Etat demeurent avec leurs préfets et leurs services départementaux, tandis que les crédits indispensables à la construction d’une nouvelle préfecture à Bastia sont débloqués.

Précisions pour les attributions des futurs conseils territoriaux qui devront, au niveau de la Haute-Corse et de la Corse du Sud, mettre en œuvre la stratégie décidée par l’Assemblée de Corse de manière à nous garantir contre toute concentration excessive du pouvoir et toute tentation de centralisme régional. La loi fixe les grandes lignes de cette répartition, elle a d’ailleurs été modifiée sur ma proposition.

Garanties aux personnels de l’Etat et des Conseils généraux : le Gouvernement s’est publiquement engagé à donner ces garanties et est disposé à en négocier préalablement au vote de la loi définitive tous les aspects.

De nombreux élus ont publiquement exigé que le mode de scrutin soit équitable, qu’il ne repose pas sur un découpage artificiel et qu’il reste aussi proche que possible du mode actuel. Le mode de scrutin annoncé est fondé sur les deux départements, laisse une place équitable à toutes les sensibilités et prévoit une prime raisonnable à la liste arrivée en tête.

C’est dans cet esprit républicain et au bénéfice de toutes les précisions et de toutes les garanties obtenues que je me prononce résolument pour le « oui ».

« Oui » parce que la Corse a besoin d’institutions efficaces et que celles qui sont proposées aujourd’hui sont les mêmes que celles qui avaient été proposées par le gouvernement de M. Jospin, prouvant ainsi qu’il n’y a pas d’autres solutions raisonnables.

« Oui » parce qu’il faut rassembler une large majorité des corses qui veulent aller de l’avant dans la République, mais une République moderne et décentralisée.

« Oui » parce que les corses n’ont que faire des fronts du refus qui se réunissent toujours en pareille circonstance pour tenter de faire peur aux citoyens en leur racontant des sornettes et qui n’ont d’autre but que de défendre leurs mandats politiques menacés par le suffrage universel et de faire perdurer un trouble dont profitent leurs agissements.

« Oui » parce qu’aucun corse ne peut croire que le Président de la République, le Gouvernement, la quasi totalité des Députés, y compris le groupe socialiste et le Sénat voudraient porter atteinte à la République en général et à la République en Corse en particulier.

« Oui » parce que les corses sont fatigués des fausses querelles et veulent des élus clairement responsables qui agissent dans le cadre d’institutions adaptées plutôt que de renvoyer sans cesse la responsabilité à d’autres.

« Oui » parce la Corse est capable de s’en sortir si la grande majorité de ses citoyens sont capables de se rassembler.

Paul Giacobbi


Vendredi 20 Juin 2003

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 02/06/2017

Office des Transports : méconnaissance des dossiers ou affabulation ?

« Pour se situer dans l’air du temps, nous pourrions utiliser cette expression « pare chi u troppu stroppia », car elle prend aujourd’hui, sa pleine mesure : en effet, et à notre grande stupéfaction, il est porté à notre connaissance par différents médias, et à grands renforts de « tweets » : « une...

le 06/04/2017

Conférence de Presse

Venaco, 6 avril 2017 J’ai décidé de ne pas me présenter à la prochaine élection législative. Même si, à ce jour, aucune candidature déclarée ne se distingue, je suis certain qu’il y aura rapidement une possibilité de rassembler les citoyens de la circonscription de Corte-Balagne pour faire...

le 31/03/2017

Situation financière de la Collectivité Territoriale de Corse

Alors que l’on a tant fait de bruit sur des extraits choisis et rendus publics illégalement du rapport provisoire de la Chambre Régionale des Comptes, je m’étonne du silence assourdissant qui entoure la publication du rapport définitif dont l’examen devant l’Assemblée de Corse se fait en fin de...

le 31/03/2017

Validation par la Cour administrative d'appel du marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra

Lors de son annulation par le tribunal administratif de Bastia le 4 octobre dernier, le marché public relatif aux travaux du carrefour de Casatorra a fait l’objet de commentaires venimeux et à la limite diffamatoires…jusqu’à dire même que « ce marché public sentait mauvais » (sic). Or le 27 mars...

le 22/02/2017

Observations de Paul Giacobbi sur le rapport définitif de la chambre régionale des comptes relatif à la gestion de la collectivité territoriale de Corse

14 février 2017 I. Le montant, la chronologie et le contexte des « arriérés » N’ayant aucun moyen d’examiner par moi-même les pièces, je ne peux que prendre acte du montant des « arriérés » c’est-à-dire des paiements qui auraient dû être rattachés à l’exercice 2015 pour un montant au titre de la...