Corse-Matin 13 mai 2004

Communiqué de Paul Giacobbi sur l'application de la loi Littoral



A l'instar des autres parlementaires insulaires, j'ai été entendu par une commission sénatoriale le 5 mai dernier, sur le thème de la loi littoral.

A cette occasion, je n'ai pas manqué de rappeler s'agissant de la Corse qu'il était indispensable de poursuivre et d'intensifier la politique d'acquisition des espaces littoraux sensibles, engagée par le Conservatoire du Littoral pour parvenir à une protection suffisante des territoires bordant les rivages.

Il s'agit là d'une condition nécessaire avant d'envisager une quelconque adaptation des dispositions de cette loi à travers les nouvelles prérogatives dont dispose désormais l'Assemblée de Corse. Tout changement, de surcroît mesuré, ne peut de ce fait intervenir que dans une prochaine mandature.

De plus, j'ai indiqué que l'absence de planification urbanistique de nos micro-régions, la méconnaissance des origines de la propriété foncière, l'ignorance des possibilités en matière de constructibilité et l'absence des réseaux d'alimentation et de distribution d'énergies diverses, constituaient actuellement des obstacles supplémentaires à toute évolution du dispositif législatif en la matière et au développement en général.

En revanche, j'ai été quelque peu surpris par la position soutenue par mon collègue Camille de ROCCA SERRA, lors de cette audition.

Celle-ci a notablement évolué depuis le débat télévisé qui s'est tenu sur France 3 Corse et auquel nous avions participé le 25 mars 2004 avec d'autres élus insulaires, à l'occasion des élections territoriales, et où il paraissait in fine partager mon point de vue.

Le 5 mai dernier au Sénat, le nouveau Président de l'Assemblée de Corse a clairement manifesté sa préférence pour une adaptation rapide et immédiate de la loi littoral.

Eu égard aux nouvelles fonctions qu'il occupe désormais et au leadership qu'il exerce sur l'ensemble de la droite libérale en Corse, je m'inquiète des initiatives qui pourraient être proposées et prises à l'Assemblée territoriale, consistant à terme à ouvrir à l'urbanisation des sites qu'il y a tout lieu de préserver par la relance d'une politique efficace et énergique d'acquisition.


Lundi 14 Juin 2004

Les dernières revues de presse

Le Député du Jour - 03/04/2009

Diplomatie moribonde - 12/09/2007