Accidents nucléaires : les victimes ignorées

Communiqué du 27 novembre 2008



La proposition de loi, dont Christiane Taubira et Paul Giacobbi sont les auteurs, visant à la reconnaissance et à l'indemnisation des personnes victimes des essais ou accidents nucléaires a été rejetée par une majorité à l'Assemblée nationale, le 27 novembre. Le gouvernement, par la voix du ministre de la défense, a promis de soumettre au Parlement en 2009 un texte visant à l'indemnisation des victimes des essais en excluant par avance du bénéfice de toute loi d'indemnisation, les victimes d'accidents nucléaires.

Le député de la Haute-Corse a regretté que ces dernières n'aient pas leur place dans ce débat, ne serait-ce que par respect et par considération pour l'ensemble des personnes qui, dans ce pays, souffrent aujourd'hui d'un certain nombre de pathologies qui pourraient être liées à leur exposition accidentelle à une radioactivité excessive.

Voici des extraits de son intervention.

« Lors de « l'incident » de Tchernobyl, le service central de protection contre les radiations ionisantes, c'est-à-dire l'Etat, a sciemment faussé et déformé les informations scientifiques dont il disposait pour prétendre que les hausses observées de radioactivité sur le territoire national ne pouvaient mettre en danger la santé publique.

En clair, les services spécialisés de l'Etat en charge de protéger les français et de les informer des conséquences éventuelles d'une contamination, voire de recommander telle ou telle mesure de précaution ont sciemment falsifié les données dont ils disposaient et ont au contraire mis en avant leur autorité pour empêcher que toute précaution soit prise !

Il y a donc eu faute et cette faute mérite à tout le moins, puisqu'elle émane de la collectivité, c'est-à-dire de l'Etat qu'elle fasse l'objet d'une indemnisation et, à tout le moins d'abord, d'une reconnaissance. »

Mardi 2 Décembre 2008

Les dernières revues de presse

Le Député du Jour - 03/04/2009

Diplomatie moribonde - 12/09/2007

Fusion SUEZ GDF - 23/11/2006