Paul Giacobbi interroge le gouvernement sur la crise, née en même que la législature.

mercredi 8 février 2012

Monsieur le Premier ministre,

Il y a deux ans, je vous disais ici que la crise des Trésors publics, dont la Grèce n'était que le signe précurseur, allait prolonger de plusieurs années celle de l'Europe.
Je m'étonnais aussi de ce que l'Europe, à travers son union, ou à travers la zone euro, ou dans le cadre de la BCE, soit tellement réticente à aider les pays en difficulté ou subordonne son aide à des exigences draconiennes alors qu'elle allouait des sommes beaucoup plus importantes et sans contrepartie aux banques
Nous en sommes toujours au même point. On exige tout de la Grèce, on ne lui prête rien sans d'immenses contreparties, et l'Allemagne s'est même autorisée à parler de tutelle.
Tandis que pour les banques européennes, la BCE s'apprête à allouer mille milliards d'euros de concours à la date du 28 février, faisant suite à une première tranche de 489 milliards sans demander de réforme structurelle, ni même un contrôle de rémunération de leurs dirigeants. Pourquoi est-il si facile d'allouer aux banques des milliers de milliards d'euros sans contrepartie et si difficile de sauver un peuple aux abois ?
Les quelques cent milliards d'euros de besoins en fonds propres d'une banque immobilière bavaroise méritent-ils plus de solidarité que les cent trente milliards d'euros, qui permettraient à la Grèce d'éviter la banqueroute ?
La Grèce n'est pas le seul homme malade de la zone euro.
Le besoin de financement du budget de notre Etat pour 2012 se monte à 178 milliards d'euros, en diminution par rapport aux trois dernières années, mais le double de ce qu'il était en 2001 et en augmentation de plus de 70% par rapport à 2007.
La détente toute relative sur les taux d'intérêt de nos emprunts publics n'est pas due à un renouveau de la confiance des marchés mais à l'inondation de liquidités en provenance de la BCE au profit des banques et à ses interventions massives sur les marchés secondaires.
La crise est apparue aux Etats-Unis à l'été 2007, au moment d'ailleurs où commençait notre législature.
La France a traversé la crise en s'alourdissant de 500 milliards d'euros de dettes, en voyant son commerce extérieur s'effondrer, son chômage exploser, sa croissance anéantie.
Vous nous avez dit en 2007 que la France ne serait pas affectée par la crise américaine, en 2008 que le risque financier systémique était derrière nous, en 2010 que la Grèce était l'exception d'une zone euro solide et solidaire, qu'allez-vous nous dire aujourd'hui ?

Paul Giacobbi
08/02/2012

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 27/01/2015

L’excès de liquidité monétaire est la cause profonde de la crise mondiale : c’est elle qui nous condamne à des crises spéculatives à répétition.

Ma question au gouvernement, séance du 27 janvier 2014. Monsieur le Premier ministre, passons à présent de la loi Macron à la macroéconomie. La Banque centrale européenne a décidé de souscrire directement des bons du Trésor pour la bagatelle de mille milliards d'euros alors qu'elle rachète déjà...

le 21/01/2015

Vivre ensemble

La tragédie du début d’année 2015 est tout autant révélatrice de la volonté de vivre ensemble des français que de l’ampleur et de la gravité de la barbarie à laquelle nous sommes confrontés. Ceux qui n’ont jamais lu Charlie Hebdo ou qui sont aux antipodes de ce que ce journal représente s’en sont...

le 21/01/2015

Réveillon militaire

A l’invitation du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, j’ai passé trois jours au Niger, au Tchad et au Mali à visiter le dispositif Barkhane destiné à contenir les attaques du terrorisme islamique dans cette zone particulièrement visée. Nous sommes allés jusqu’à la frontière libyenne sur la...

le 21/01/2015

Vox populi

De même que la politique de la France ne se faisait pas à la corbeille comme le disait le Général de Gaulle, notre politique étrangère ne s’oriente pas sur la base des sondages. Il n’est pas cependant interdit d’écouter ce que dit le peuple qui est parfois la voix du bon sens. Ainsi, 64% des...

le 17/12/2014

"The smallest coffins are the heaviest to carry".

“Les plus petits cercueils sont les plus lourds à porter » titre, à propos du drame de Peshawar, The Express Tribune. L’attaque d’une école militaire a fait 142 morts, principalement des enfants qui ont été pour la plupart assassinés d’une balle dans la tête alors qu’ils se trouvaient allongés par...

le 17/12/2014

Après deux siècles de vie parlementaire et démocratique, l’Europe a confié à des banquiers le privilège de diriger la création monétaire.

Mon explication de vote sur le Projet de loi de finances pour 2015, 16 décembre 2014. Notre groupe est partagé. Plus exactement, il aborde ce vote – je dois le dire avec regret, surtout à vous monsieur le secrétaire d’État – entre exaspération et responsabilité. À deux reprises, deux de nos...