Paul Giacobbi interroge le gouvernement sur la crise, née en même que la législature.

mercredi 8 février 2012

Monsieur le Premier ministre,

Il y a deux ans, je vous disais ici que la crise des Trésors publics, dont la Grèce n'était que le signe précurseur, allait prolonger de plusieurs années celle de l'Europe.
Je m'étonnais aussi de ce que l'Europe, à travers son union, ou à travers la zone euro, ou dans le cadre de la BCE, soit tellement réticente à aider les pays en difficulté ou subordonne son aide à des exigences draconiennes alors qu'elle allouait des sommes beaucoup plus importantes et sans contrepartie aux banques
Nous en sommes toujours au même point. On exige tout de la Grèce, on ne lui prête rien sans d'immenses contreparties, et l'Allemagne s'est même autorisée à parler de tutelle.
Tandis que pour les banques européennes, la BCE s'apprête à allouer mille milliards d'euros de concours à la date du 28 février, faisant suite à une première tranche de 489 milliards sans demander de réforme structurelle, ni même un contrôle de rémunération de leurs dirigeants. Pourquoi est-il si facile d'allouer aux banques des milliers de milliards d'euros sans contrepartie et si difficile de sauver un peuple aux abois ?
Les quelques cent milliards d'euros de besoins en fonds propres d'une banque immobilière bavaroise méritent-ils plus de solidarité que les cent trente milliards d'euros, qui permettraient à la Grèce d'éviter la banqueroute ?
La Grèce n'est pas le seul homme malade de la zone euro.
Le besoin de financement du budget de notre Etat pour 2012 se monte à 178 milliards d'euros, en diminution par rapport aux trois dernières années, mais le double de ce qu'il était en 2001 et en augmentation de plus de 70% par rapport à 2007.
La détente toute relative sur les taux d'intérêt de nos emprunts publics n'est pas due à un renouveau de la confiance des marchés mais à l'inondation de liquidités en provenance de la BCE au profit des banques et à ses interventions massives sur les marchés secondaires.
La crise est apparue aux Etats-Unis à l'été 2007, au moment d'ailleurs où commençait notre législature.
La France a traversé la crise en s'alourdissant de 500 milliards d'euros de dettes, en voyant son commerce extérieur s'effondrer, son chômage exploser, sa croissance anéantie.
Vous nous avez dit en 2007 que la France ne serait pas affectée par la crise américaine, en 2008 que le risque financier systémique était derrière nous, en 2010 que la Grèce était l'exception d'une zone euro solide et solidaire, qu'allez-vous nous dire aujourd'hui ?

Paul Giacobbi
08/02/2012

Paul Giacobbi - Photo officielle
Edito
de Paul Giacobbi
Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Président du Conseil exécutif de Corse

En savoir plus sur votre député

Au travail

Les débuts d'une mandature, du moins les deux premières semaines sont absorbés par des palabres et des formalités. Je n'aime pas ces choses là qui, dans un moment où notre monde s'écroule, paraissent dérisoires.

Dans quelques jours il faudra aborder les questions budgétaires: parvenir à équilibrer nos finances publiques en trois ans tout en remettant un peu de justice dans notre fiscalité.

La crise syrienne et celle de l'Egypte sont une menace, mais bien moins grave que celle du Pakistan où le premier ministre vient d'être démis par la cour suprême dans un pays nuclearisé et au cœur de la région la plus instable et la plus stratégique de la planète.

Un basculement du Pakistan serait un désastre de première grandeur avec des répercussions dans le monde entier!

06/07/2012
Paul Giacobbi
le 19/09/2014

Le deuxième référendum écossais

L’Ecosse s’est prononcée hier, à une large majorité, en faveur du maintien de la nation écossaise dans le cadre du Royaume-Uni. Le même jour, une très ancienne institution écossaise, le fameux club de golf de St Andrews, a organisé une consultation parmi ses membres afin de savoir s’ils étaient...

le 19/09/2014

Le coup passa si près…

Le psychodrame du vote de la confiance au gouvernement Valls II, par lequel 269 députés ont accordé la confiance et 244 l’ont rejeté tandis que 53 s’abstenaient, évoque ce vers de Victor Hugo à propos d’une aventure militaire qu’avait connu son père le Général Hugo : « Le coup passa si près que le...

le 10/09/2014

Négligences

C’est, semble-t-il, le mot à la mode dans la classe politique française. Le sens commun condamne la négligence qu’il peut éventuellement traiter de « coupable ». La vie publique française nous permet ces jours-ci d’aller plus avant dans l’analyse de ce comportement, voire des conséquences à...

le 27/08/2014

Les illusions perdues II

Le 2 juillet 2014, j’évoquais ici-même et sous ce même titre la vacuité et la nocivité du précédent ministre du « redressement productif » qui vient de tenter avec son départ une manière de « rétablissement médiatique ». Il n’y a pas lieu de revenir sur la vacuité mais la question se pose...

le 27/08/2014

Retenez-moi où je fais un malheur !

On allait voir ce que l’on allait voir ! Roulant des mécaniques au figuré et des « r » dans la prononciation, le président du PRG avait imprudemment proclamé que ce mouvement quitterait le gouvernement si son chef charismatique n’était pas lui-même promu au rang de « ministre régalien », sans doute...

le 02/07/2014

Cassandre

Il existe encore dans notre monde financier des institutions publiques qui font leur devoir. La BIS (Bank for International Settlements) qui est formée par les banques centrales vient de lancer un avertissement enjoignant à ses actionnaires de commencer à reconstruire un monde économique dans...